haptonomie préparer son accouchement grâce au toucher affectif

L’haptonomie, préparer son accouchement grâce au toucher affectif

Je voulais vous faire partager notre expérience de préparation à la naissance un peu particulière. Cet article n’est pas parfait et n’est pas scientifique non plus. J’espère juste qu’il vous donnera l’envie d’essayer à votre tour l’haptonomie.

J’ai découvert l’haptonomie un peu par hasard. Lors du début de ma première grossesse, un cabinet de sages-femmes venait d’ouvrir dans le quartier. Considérant que je n’étais pas malade, mais juste enceinte, j’ai décidé d’y faire suivre ma grossesse. L’une des sage-femme proposait l’haptonomie comme préparation à l’accouchement. J’ai été séduite par les bienfaits et j’ai convaincu Monsieursonpapa de nous accompagner.

L’haptonomie, mais qu’est-ce que c’est ? 

On appelle cette pratique également le « toucher affectif ». Le principe est de rentrer en contact avec le bébé in-utero à l’aide des mains et de petits jeux.

En imposant nos mains sur le ventre et en le caressant, le bébé ressent une présence. Il est attiré par cette main et vient chercher le contact. Il vient prendre sa dose de « caresses » et de « câlins ».

La participation du papa est indispensable. Les séances se déroulent en couple chez la sage-femme et sont individuelles. En apposant les mains et en exerçant de légers massages ou caresses sur le ventre de la maman, les parents rentrent en contact avec le bébé. La présence des mains l’attire. Comme un câlin le fœtus vient se lover dans la paume de la main. Il vient emplir la main du parent. C’est un instant magique. On sent alors vraiment la présence de ce bébé et sa recherche de lien déjà in-utero.

Ces séances sont également un beau moment d’intimité et de complicité en couple. Elle donne le temps de se poser, chose que l’on a pas souvent le temps de faire avec le boulot, les activités etc. Les jeux sont à refaire chez soi (dès que l’on trouve un peu de temps). Ils peuvent aussi être pratiqués avec les ainés .

Les avantages de l’haptonomie

Les bébés qui ont été accompagnés par cette préparation sont souvent des bébés très sereins, communicatifs, très peu dans le pleur. Les jeux pratiqués avec le bébé in-utero lui donne confiance en lui et lui font explorer certains espaces de l’utérus qu’il ne découvrirait peut être pas de lui-même.

En fin de grossesse, les jeux sont aussi le moyen de préparer le bébé à « son premier voyage » : de lui montrer le chemin à emprunter le jour de la naissance. Ils peuvent être également utilisés pour retourner des bébés positionnés en sièges.

Donner la place au papa durant la grossesse et l’accouchement

Toutes les séances se déroulent en présence du papa. Les jeux réalisés permettent au papa de prendre sa place en tant que père. Pour lui, ces jeux rendent cette grossesse plus concrète, il ressent la présence de cet enfant.

L’une des séance est dédiée à la gestion de la douleur par les « prolongements ». La femme peut « prolonger » sa douleur sur son compagnon. Cette technique permet de mieux la gérer durant les contractions de travail. Elle donne un rôle au papa durant l’accouchement. Il n’est plus spectateur. Il devient acteur !

Le principe c’est de prolonger sa douleur dans l’autre. Non, ne vous inquiétez pas, l’autre ne ressentira pas votre douleur (sauf si vous lui enfoncez vos ongles dans la peau, mais ça ne fait pas partie des prolongements). L’idée c’est de faire « voyager » sa douleur dans son corps et celui de son partenaire. Le contact du partenaire et la concentration sur le chemin de la douleur permet de recentrer son esprit et de ne plus se focaliser sur la douleur mais sur son « trajet », afin de l’atténuer.

Bref, le pouvoir de la pensée !

Pour mon premier accouchement ça a plutôt bien fonctionné durant les premières heures de travail. Je dois vous avouer qu’avec un col ouvert à 8 cm, une poche des eaux rompue sans péridurale… J’étais beaucoup moins fière !

Et sinon, le résultat ?

Il se dit que les bébés ayant vécu une préparation à l’accouchement par haptonomie, sont des bébés qui ne pleurent pas beaucoup et très communicatifs. MademoiselleS vérifie ces points. Elle n’a jamais vraiment beaucoup pleuré. (sauf une fois, une grosse crise de larme). C’était un bébé très agréable et communicatif.

Nous retentons donc l’expérience pour Mademoiselle?. Je vais également compléter la préparation de ce second accouchement avec des séances de chant prénatal. Je vous raconterai cette nouvelle expérience bientôt.

•••••

Merci Myriam pour ces beaux moments !

•••••

Et vous, vous avez essayé d’autres méthodes ?

 

0 Comment

Votre message